LES TEMOINS

Portfolio Categories : Centres d'art, Evènements, Expositions et Recents.

Pavillon Blanc

Du 24 janvier au 25 avril 2015

EXPOSITION COLLECTIVE AVEC RADENKO MILAK (BOSNIE) , QINGMEI YAO(CHINE) , MAZACCIO & DROWILAL (FRANCE) , ENRIQUE RAMIREZ (CHILI)

Quels rapports les formes poétiques et les postures politiques entretiennent-elles aujourd’hui ? En ce début de millénaire, certains ont vu dans les postures documentaires un nouvel art politique (Dominique Bacqué, Pour un nouvel art politique, 2004), un point de vue relayé récemment dans le nouvel accrochage des collections du Musée National d’Art Moderne, consacrant une section à la posture de « l’artiste documentariste » : il incarne l’opposition entre un libéralisme triomphant et la question de l’engagement politique. Parmi la jeune génération, les artistes qui portent un regard critique sur leur temps ne manquent pas. Simplement, sont-ils de simples témoins ? L’art n’est plus affilié ou fait de gestes revendicatifs ; les postures artistiques sont plus délicates et nuancées pourrait-on dire. Mais les artistes ne pas sont de simples documentaristes.

L’exposition présente des œuvres dont l’ambition dépasse le témoignage : elles se tournent vers la fiction, la performance pour proposer un regard de biais. L’exposition fait aussi se rencontrer des formes issues de personnalités et de contextes distincts : un artiste bosniaque de 35 ans ; une chinoise formée dans une école d’art française et résidant depuis son diplôme à Limoges, un duo d’artistes français qui réalise une fiction documentaire sur les traces des acteurs mythiques de l’économie numérique aux USA.

Leurs gestes artistiques n’ont pas tous la prétention d’affirmer un parti pris, elles énoncent parfois une connaissance. Ces gestes laissent pourtant derrière eux des questions : l’art va-t-il une vocation politique ?

Quelle sont les formes politiques de l’art ? Quelle est la portée de ces gestes ? S’agit-il de témoigner, de perturber, de subvertir, d’enseigner et d’apprendre ? De faire la critique ou d’agir ?

FOCUS SUR RADENKO MILAK (BOSNIE)

Résidant en Bosnie Herzégovine à Travnik, né en 1980, Radenko Milak est diplômé de l’université de Banja Luka et de la Faculté des beaux-arts de Belgrade. Son travail est montré en France depuis 2 ans par Pierre Courtin, de la galerie Duplex 100m2 installée à Sarajevo. Peintre et aquarelliste, ses sujets sont issus des médias, du cinéma, de l’histoire. Par des motifs simples des traits de pinceaux, ses images deviennent les signes du temps, oscillant sans prendre parti entre le témoignage d’un passé encore frais et d’un présent médiatique, rapprochant les horreurs de l’histoire de celles de la fiction.

Il poursuit à Colomiers un projet intitulé So close and yet so far initié au Centre d’art de Mulhouse, la Kunsthalle, constitué d’aquarelles en noir et blanc. A la manière d’un archéologiste, il entreprend de révéler la matière cachée des images survivantes du passé : « Si près et déjà si loin raconte des histoires qui ont échoué ou qui ont été éloignées de leur ambition d’origine. Les travaux que je présenterai contiennent des suggestions d’échec et de vanité. Mais toute l’histoire est à la fois faite de prophéties et de tragédies ; le temps suit généralement son cours et le recommencement est la plus belle sortie possible. »

http://www.duplex100m2.com/html/18artists/artists.html /

http://radenko-milak.blogspot.fr/

Visuel : Hindenburg disaster, watercolor, 2014 © Radenko Milak

http://www.pavillonblanc-colomiers.fr/