Confidents, Stéphane Steiner

Portfolio Categories : Artistes, Evènements, Expositions, Galeries, Lieux et Recents.

Du 12 décembre 2013 au 25 janvier 2014

La galerie Bertrand Baraudou présente la nouvelle exposition personnelle de Stéphane Steiner, Confidents, présentant les dessins d’architecture les plus récents de l’artiste, ainsi que deux sculptures reprenant la forme du confident, sorte de siège double en forme de «S», réalisé de façon à ce que deux personnes puissent s’y asseoir côte-à-côte mais en étant orientées en sens contraire.

Confidents : L’architecture
Le thème de l’architecture revient régulièrement dans mon travail depuis ses débuts, et même avant que je prétende à une carrière artistique. Enfant, j’habitais à côté d’un terrain vague et y récoltais toutes sortes de rebuts, petits bouts de bois, de morceaux de ferraille, pour construire des usines, des pétroliers, porte- avions, probablement inspirés par le grand bâtiment industriel de la régie Renault du Cros-de-Cagnes qui trônait de l’autre côté de ce terrain vague. Mes premiers dessins d’architecture étaient destinés à ma grand-mère maternelle. Je lui ai dessiné je ne sais combien de fois l’église du Cros de Cagnes, à l’aide d’une règle, soucieux de la rectitude de sa représentation.
 Dès ma troisième année à la Villa Arson, impressionné par le travail photographique de Bernd et Hilla Becher, je me suis mis à peindre exclusivement pendant deux ans des miniatures sur du carton cannelé, représentant des petits bâtiments du style transformateurs électriques, unités de climatisations de supermarché, hangars industriels, etc …

Les confidents : initiales SS / initiales BB
La lettre S m’a toujours obsédée. Une obsession sans cesse réactivée par le fait qu’encore aujourd’hui souvent, l’accent de la langue de Goethe est le signe de reconnaissance des «salauds». Mon nom de famille a fait de moi la victime d’un double malentendu : aux temps anciens de l’école primaire, mon nom fait que l’on me traitait souvent de «sale Bosch» puis, à partir du collège, la culture de certains de mes camarades s’étant «enrichie», je devins soudain un «sale Juif». Mon nom vient en réalité d’ancêtres catholiques autrichiens. Habité par cette obsession des deux S de mes initiales, pour ma seconde exposition personnelle à la Galerie BB, j’invite le visiteur à s’asseoir sur un des deux confidents en forme de S.
Stéphane Steiner, 2013

”La liberté du parcours de l’oeuvre de Stéphane Steiner, que je suis depuis plus de vingt ans, qui allie avec une élégance rare la désinvolture sans laquelle l’art devient imbécile et la rigueur sans laquelle il devient insignifiant. A la fois éclectique, voir fantaisiste, et cohérente, voir obstinée, son oeuvre défie les catégories et diffère sans cesse le moment de trouver toute l’attention et le soutien qu’elle mérite. Mon premier souvenir du travail de Stéphane Steiner est un accrochage de dessins qu’il avait présenté alors qu’il était encore étudiant. Il s’agissait de dessins d’observation d’objets ordinaires de son environnement quotidien. J’avais été très impressionné par la maitrise parfaite de ces dessins ainsi que par le caractère profondément original de leur simplicité et de
l’étrangeté conférée aux motifs les plus banals. Depuis, Stéphane Steiner n’a jamais cessé de pratiquer le dessin comme une manière de penser le monde.”
Paul Devautour, 2011

Visuel : Stéphane Steiner, Sans titre, série Architectures, 2013, graphite sur papier, 21 x 29,7 cm à 40 x 50 cm

http://www.galeriebaraudou.com/